Nomination au New Technological Art Award 2012

Je viens d’apprendre avec plaisir que le projet “Walking the Edit” a été nominé au New Technological Art Award 2012.

Voici quelques informations concernant cette nomination.

En 2012, la Fondation Liedts-Meesen organise Update_4 dans le cadre du projet Zebrastraat, et ceci faisant suite aux trois premières biennales Update.

Pour Update_4, la philosophie des éditions précédentes a été maintenue, tout en ajoutant quelques nouveaux accents. Par le passé, les expositions étaient combinées avec le New Technological Art Award Liedts-Meesen qui a pu compter sur un intérêt grandissant de la part des artistes et du public. Dorénavent, nous visons plus spécifiquement la présentation des participants au concours NTAA, grâce à :

– un accroissement de la contribution des nouvelles technologies aux arts
– une augmentation du nombre de nominés, qui passe de 10 à 20
– une présentation sur trois sites au lieu d’un seul : Zebrastraat à Gand, et La Cambre à Bruxelles et à iMAL, tous les deux à Bruxelles.

La deuxième partie de l’événement consiste en une exposition d’artistes reconnus dans le domaine de l’art technologique. Sur chaque site, deux à trois œuvres bien connues viendront renforcer les œuvres des nominés.

Le contenu de ces deux activités est complété grâce à un colloque qui aura lieu les 15, 16 et 17 novembre. Durant trois jours, artistes et théoriciens seront invités à réfléchir sur la relation entre l’art contemporain et les nouveaux médias et la technologie, à la fois pendant des moments privés et publics. Le catalogue traditionnel qui accompagne les expositions Update et le Concours, sera enrichi de textes et des résumés des discussions pendant ce colloque. La cérémonie de remise du prix du jury et de celui du public aura lieu le 18 novembre. Les lauréats seront annoncés à la fin de Update_4.

Vingt artistes ont été nominés

  • Ambrioso Marcio, Brésil, 12i
  • Cantoni Rejane & Crescenti Leonardo, Brésil, Tunnel
  • Casas Constanza, Steyaert Pieter & C. Mitchell Mark, Chili, Belgique, Australie, The Creators
  • Castro Juan Manuel, Colombie, Heliotropika
  • Cirio Paolo & Ludovico Alessandro, Italie, Face to Facebook
  • Décosterd Michel & André, Suisse, Cycloïd- E
  • Dombis Pascal, France, Crack
  • Fischer Ulrich, Suisse, Walking the edit
  • Jacobs Aernoudt, Belgique, Miniatuur
  • Janssen Wim, Belgique, Static
  • Jeong Sion, Corée du Sud, Karat
  • Jiang Nova, Nouvelle-Zélande, Ideogenetic machine
  • Lee HeeWon, Corée du Sud, 108
  • Levesque Julien, France, Street Views Patchwork
  • Luque Sanchez Felix, Espagne, Nihil Ex Nihilo
  • Oblak Nina & Novak Primoz, Slovénie, Sisyphus Actions
  • Schmitt Antoine, France, Pixel noir
  • Stanza, Royaume Uni, Capacities
  • Urbonas Julijonas, Lituanie, Euthanasia Coaster
  • Veillat Aline, France, Pas de deux en vert et contre

par un jury international :

  • Alain Liedts (président de la Fondation Liedts-Meesen)
  • Dirk De Wit (directeur BAM, Vlaams instituut voor beeldende, audiovisuele en mediakunst)
  • Stef Van Bellingen (conservateur Zebrastraat, fondateur asbl Warp, président du concours Canvascollectie)
  • Jean-Marie Dallet (artiste, conservateur, professeur à l’EESI (European School of Visual Arts), Angoulême-Poitiers, France).
  • Yves Bernard (fondateur de l’organisation artistique iMAL)
  • Pierre-Yves Desaive (professeur à La Cambre, critique d’art Flash Art, L’Art Même, historien d’art KMSKB-MRBAB)
  • Nick Ervinck (artiste, lauréat du prix du public Update_2)
  • Julien Maire (artiste, lauréat du prix du jury Update_2)

Les œuvres ont été sélectionnées parmi 337 candidatures provenant de plus de 40 pays différents à travers le monde entier.

Motivation du jury :

Quelques thèmes typiques peuvent être identifiés, issus des plus de 300 entrées et des 20 œuvres qui en ont été sélectionnées. Malgré le fait que notre perception quotidienne soit dans une large mesure dominée par les mondes virtuels et placée sous l’influence de la technologie contemporaine, plusieurs œuvres appartiennent au genre paysages. À remarquer, cependant, le traitement de divers paramètres qui rend les œuvres variables par l’intermédiaire d’un transfert technique, et qui donne à l’expérience un caractère multi-sensoriel. Dans ce contexte, le mapping n’a pas tant une connotation géographique, mais implique également la promenade, la flânerie et l’errance. Dans une zone géographique donnée ceci se traduit souvent par une chorégraphie (mécanique) dont les paramètres tels que lumière et son sont manipulés d’une manière expressive. La lucidité dans un certain nombre d’œuvres trouve sa contrepartie dans la réflexion sur les limites des choses, la mort, et dans un cas spécifique s’ouvre le débat contemporain cynique et hyperbolique à propos de l’euthanasie. Les éléments tels que l’identité et les communications sont un important substrat du contenu dans lequel les données telles que les réseaux sociaux, la vie privée, le piratage et le spam sont intégrés. L’interactivité de nombreuses œuvres fait appel à un public actif qui est souvent confronté à des choix ou des décisions qu’il doit prendre.

Exposition Update_4/NTAA du 22 septembre au 18 novembre 2012


Share

Comments are closed.