DISCUSSION AU CARNOTZET

Imaginaire collectif.

Nous avons organisé une table ronde le 26 mai à entre 18.00 et 21.00 à Renens, au carnotzet municipal, dans lequel nous avons reçu un chaleureux accueil de la part de la commune.

L’idée de cette rencontre est de faire émerger dans une discussion “ouverte“, les divers éléments, lieux, personnages, thématiques, récurrence, qui apparaissent de part et d’autre, de même que de sentir celles qui focalise de manière plus profonde l’intérêt de chacun-ne.
Ont donc participés à cette rencontre :
Mr. Jacques Berthoud, président du conseil communal de Renens
Mr. Jean Oth, artiste
Mme Armande Reymond, journaliste
Mr. Jean-Claude Marendaz,municipal retraité
Ainsi que Pascal Amphoux, Jean-François Blanc, Ulrich Fischer et Nicolas Wagnières. Pascal Amphoux a été le modérateur de la discussion, qui a été enregistrée, et dont voici un résumé.

Thèmes traversants, mots spécifiques :

-Contraste entre le local et global. La fragmentation du territoire en de multiples communes, dont les limites sont difficilement perceptibles. La multi-ethnicité et la richesse des diverses cultures coexistantes. Tradition d’un territoire coupé du monde (marais, industries, “bronx“,), et développé autour d’une gare importante. Tension entre l’enracinement du lieu et quelque chose de beaucoup plus général, (Hautes écoles, Industries, recherche,..) quelque chose d’enraciné tourné vers l’extérieur.

-Migration des industries, passage temporaire (lent), on s’arrête trente ans et on passe à autre chose, industries, artistes, intellectuelles, commerces.

-Cycle, quelque chose de traversant. Il y’avait le tram, on l’a supprimé et va le remettre. Il y’avait une passerelle, on l’a supprimée et on va la remettre. On est dans le monde de la gare, du train , de la roue, de quelque chose qui tourne. La gare de Renens a été l’une des plus importantes gare de Suisse, elle est appelée à le redevenir.

Circulation et rupture. La communication est-ouest est très fluide, on se repère facilement, celle nord/sud est beaucoup plus chaotique et complexe, on se perd si on ne connaît pas. La ligne de chemin de fer est symbole de lien en même temps qu’elle est comme une césure entre le haut et le bas, le nord et le sud.

Industries et travail. Nombre d’industries se sont développées sur ce territoire, le chemin de fer développant le transport des matières premières et des matériaux de construction. La main-d’oeuvre immigrée et le développement socio-urbain y est fortement lié.
A propos du développement de l’ouest lausannois est apparu d’une manière assez “passionnée“ dans la discussion la médiatisation et l’intérêt “tendance“ qui a pu lui être donné, de même que l’évolution (volontairement réduite) liée aux espaces “industriels“ urbains : industries – friches – artistes et marginaux – récupération et intérêts commerciaux.

Lieux et personnages :

-La gare (par son histoire et sa symbolique) est un des lieux les plus emblématique de Renens, non pas comme gare, mais comme gare de Renens.
-Le silo (construit par l’architecte Jean Tschumi, père de Bernard Tschumi l’architecte de l’ECAL) a très rapidement focalisé le regard sur l’espace avec une force émotionelle.
-Le château de Renens, le parc des Béliers, la nouvelle poterie, la place du marché, la librairie globe livre, l’ancienne chocolaterie Perrier, les quartiers du Simplon et de la Briquetterie, le stade de football du Censuy, la piscine public, l’ancien cinéma Lumen, la ferme Schweizer, le parc de Verdeau, la société IRIL, la société BOBST, le théâtre Kleber-Mélau, la fédération internationale de tennis de table, la ferme du Tilleul, le cimetière, le restaurant chez Rochat,…

Sur la piste des personnalités, nous avons retenu: Les anciens propriétaires du château de Renens, Klaus Sauter, la famille Garcia (musiciens), Gilbert Bovay (ancien syndic, passage des années 1950 à 2000), Samuel Henry Benjamin Doxa, Girardet, Philippe Mentha, Mr. De Poisier, Fredy le perroquet, Philippe Gloor, conseiller d’état, Marianne Huguenin, syndic, Anne Marie de Poisier, ancienne syndic, la famille Nussbaum (IRIL), la “tête de nègre“, Mr. Golaz, fleuriste, Chrisophe Burkard, et Ruth Burkard, (château de Renens. Son grand oncle a était un pionnier de la robotique). Celestini, footballer professionnel à Retafe, Paul Martin maraîchers, le fromager du marché.

Enfin, une illustration symbolique qui traverse d’une certaine manière l’ensemble des thèmes abordés ainsi que l’idée de personnalité et de lieu, est celle du cimetière de Renens, (Pascal Amphoux a évoqué une migration des morts) une première fois déplacé puis construit sur le site de la piscine, duquel il fut définitivement supprimé à la construction de cette dernière, des ossements ayant été retrouvé lors des travaux de terrassements.

Certains moments de la discussion pourront être intégrés à la base de données, afin de voir de quelle manière s’articulent ce “type de document“: On passe en effet de moments ou les gens expriment un point de vue, une idée, un sentiment sur lieu, à des moments de témoignages, de récits d’histoires entendues ou vécues, enfin sont apparus également des récits de type historique :“Voilà comment ce qui s’est passé…“. Cette discussion va nous servir également de pistes, pour continuer et préciser notre approche du territoire de l’ouest lausannois. Certaines pistes étant à creuser, certaines personnes à retrouver, à interviewer, certains lieux à visiter,… en tentant par cet imaginaire de pénétrer la conscience du lieu sous la forme de films

Share

Comments are closed.