Archive for the ‘Adaptation’ Category

Nouvelles adaptations

Thursday, July 5th, 2012


Encore une ville en B (Berlin… – à venir ?)

Après Renens (2009), Paris (2010-2011), Genève (2010-2011) et un peu de Biarritz et de Marseille (2011), voici trois nouvelles villes qui viennent s’ajouter à la liste des adaptations: Bagnols-Sur Cèze, Bâle et Bruxelles.

2012 est donc l’année des villes en B; 2013 s’annonce être l’année des villes avec S… A suivre (surprise) – avec en passant, un clin d’oeil vers la Ville de S.

Pour rendre possible ces adaptations, nous avons mis le turbo pour la fabrication de notre logiciel Memoways; si tout se passe comme prévu une version beta utilisable sera prête pour fin août.

Bagnols-Sur-Cèze.
Il s’agit d’une “commande” initiée par le pôle projet de la mairie de la ville (en la personne de Cyril Delfosse); nous avons pu démarrer le projet en avril 2012, pour une présentation publique prévue en été 2013.
Après des premiers repérages et mise en place d’une méthodologie de travail adaptée au lieu et à la finalité patrimoniale / touristique du projet, il s’agit de produire du contenu. Pour ce faire, un appel à projet va permettre de réunir pendant une dizaine de jours plusieurs artistes / vidéastes fin août. Un autre appel a été lancé à la population, afin de récolter des images produites par les habitants; également, des associations vont produire tout au long de l’année des images qui pourront être utilisées (le club des aînés, adolescents etc).

Bâle.
Il s’agit d’une invitation par le “Haus der Elektronischen Künste” pour la prochaine exposition qui aura lieu le 31 août: Sensing Place. Le délai est très court, l’idée est de démarrer avec une présentation simple du projet (via le site web de WE ainsi qu’une vidéo de présentation dans l’expo) et par la suite de “monter” une adaptation avec des structures locales. Pour l’heure, la suite dépend des possibilités de financements…

Bruxelles.
Après avoir été nominé pour le  New Technological Art Award 2012, la structure iMAL co-organisatrice de cet évènement propose de faire une adaptation localisée à Bruxelles du projet WE. Avec quelques artistes habitant à Bruxelles, l’idée est de produire du contenu cet été, pour présenter un projet spécifique et adapté à Bruxelles le 21 septembre, la date d’ouverture de l’expo.

Cet été va donc être chaud: après des mois d’écriture de dossiers (recherches de financements), voici enfin venu le temps de revenir les deux pieds dans le concret… Avancer le dispositif logiciel et surtout, produire du nouveau contenu dans le cadre de dynamiques locales, avec des groupes d’artistes / vidéastes spécialement invités.

Share

“Mémoire Vive”: appel à projets

Friday, June 1st, 2012

Appel à projets auprès d’artistes de la vidéo et/ou du multimédia: organisation d’une résidence artistique.

Présentation de « Mémoire Vive ».

Soucieuse de valoriser son territoire et ses habitants, la ville de Bagnols-sur-Cèze initie le projet « Mémoire Vive ». Dispositif original aux frontières du cinéma, des nouvelles technologies, des médias sociaux et de l’art urbain, ce projet vise à créer et entretenir une mémoire audiovisuelle vivante et interactive du territoire et d’en proposer une visite originale.

Pour alimenter la base de données vidéo, une résidence artistique de 10 jours est organisée. Cette résidence vise à constituer un collectif de trois artistes (ou petites équipes) de vidéastes qui arpente le territoire et enregistre des séquences audiovisuelles qui vont en révéler les spécificités.

La ville recherche trois artistes (ou groupes d’artistes) de la création vidéo et/ou multimédia.

Les projets artistiques devront porter un regard sur une ou plusieurs caractéristiques du territoire : cultures locales, patrimoine bâti, naturel ou immatériel, sociologie, agriculture, urbanisme, histoire, géographie, ou toute problématique actuelle de la ville. Il s’agit de raconter le territoire, d’en interroger l’identité, la représentation, la construction, les lignes de forces, les faiblesses, les mythes, les réalités …

Chaque projet se structure autour d’un des points d’ancrage suivant :

  • « Ce qui a été dit » : en privilégiant l’emploi des documents d’archives (images, sons, vidéos, écrits…)
  • « Ce qu’on en dit » : en privilégiant la parole des habitants et des acteurs locaux.
  • « Ce que moi j’en dis » : en privilégiant le point de vue personnel, de celui qui découvre.

Le document de cadrage à télécharger: Appelaprojet_MV_Bagnols

Un billet sur le blog de Culture Visuelle.

Share

Présentation à l’ENSAV

Wednesday, May 23rd, 2012
(D)écrire l’espace habité au 21ème siècle : regards croisés des sciences sociales, de l’’architecture et des arts visuels
avec la présence d’’Ulrich Fischer, de François Chaslin, d’’Olivier Pasquiers et de Piero Zanini

Séminaires de mémoire :

Processus expérimentaux : art, média
Ici & ailleurs: ville, territoires, nature
Démarches en marge
Art, philosophie, espace urbain

Mercredi 30 mai 2012 de 10h à 17h
amphithéâtre / petite écurie – niveau 2
5 avenue de Sceaux – 78006 Versailles Cedex – [email protected] – www.versailles.archi.fr

Share

Laboratoire “Archives fluides”

Friday, May 4th, 2012

En collaboration avec Eternal Tour, j’ai mis sur pied un laboratoire de trois jours qui va réunir du 12 au 14 juin une dizaine d’artistes, chercheurs et architectes autour des questions suivantes :

– Archive et mémoire : du stockage (archivage) à l’usage (de notre mémoire – individuelle, collective), comment se lit et s’écrit une mémoire devenue numérique ?

– Auteur et spectateur : entre la personne qui donne (l’auteur) et la personne qui reçoit (le spectateur), les frontières sont de plus en plus poreuses. Comment initier de nouveaux pas de danse entre les deux parties, où l’œuvre peut potentiellement être le fruit de cette danse ?

– Matière et action : nous savons comment valoriser la matière (un objet d’art par exemple), mais nous sommes encore bien empruntés sur la valorisation d’une action (qui ne produit pas forcément d’objet). Comment donc présenter et valoriser ce chemin qui mène jusqu’à l’objet partageable ?

Participants: Pascal Amphoux, Donatella Bernardi, Enrico Natale, Hélène de Ribaupierre et Manuel Schmalstieg. Sous réserve, participation de Frédéric Kaplan, Nicolas Nova et Eyal Sivan.

Le laboratoire se donne comme objectif de synthétiser via une publication numérique interactive et ouverte toutes les pistes abordées et les conclusions provisoires: fragments de textes, photographies, vidéos sous formes courtes, enregistrements audio, dessins, cartes mentales, etc. Cette publication électronique sera réalisée en collaboration avec Cassandre Poirier- Simon et Nadya Suvorova.

Voici quelques lignes de cadrage supplémentaires.

Matière (objet) et action (usage).
Le monde matériel a des limites et contraintes qui sont révélées par l’usage des objets – un objet ne permet pas tous les usages que l’on pourrait imaginer. Cette limitation qui fait la valeur spécifique d’un objet n’est pourtant pas absolue: il suffirait de changer l’état de l’objet pour que d’autres usages deviennent possibles, sans forcément dénaturer ni son intérêt, ni son message ou ni son fond (de commerce, de pensée). Nous allons poser la question du changement d’état d’un objet (ou plus généralement d’une «tranche de matière»), notamment par le biais de sa numérisation: est-ce qu’un objet qui se «liquéfie» en une suite de données numériques gagne-t- il au change, et si oui, quoi? Est-ce que la valeur d’usage de cet objet traduit dans une autre forme va également changer d’état? Transfert, traduction, copie, transcodage, mapping: il y a quelques «jeux» d’outils à notre disposition pour rendre effectif ce changement d’état – en se demandant si l’on ne peut pas jouer «cartes sur table» et de partager le chemin qui mène à la destination – objet ?

Auteur (qui donne) et spectateur (qui reçoit).
A partir du moment que le spectateur exerce une action dans un cadre scénographié par un auteur, on peut dire qu’il produit une valeur (matérielle, immatérielle). Comment est-ce que cette nouvelle valeur peut-elle prendre part à la chaîne de valeur existante? Peut-on, et doit-on mesurer cette valeur créée? Est-ce que cette valeur peut faire partie, et comment, de la proposition initiale de l’auteur? Comment considérer, accueillir et valoriser celui ou celle qui potentiellement peut devenir co-auteur? Les pratiques contemporaines en dehors des lieux dédiés (black boxes et white cubes) ont déjà largement investi ces questions dans l’usage quotidien : qu’en est-il chez les praticiens dans les domaines de la production culturelle (où l’on peut ajouter les architectes) par rapport à cette question du changement d’état du statut d’auteur ?

Mémoire (humaine, informatique: données immatérielles en mouvement potentiel) et archive (données matérielles, ou données immatérielles consolidées et figées).
Qu’en serait-il si on affranchit le stockage de données, d’informations ou d’objets des contraintes temporelles? En somme, si on ne considère que le temps réel: le temps de lecture de ce qui est stocké? Et par extension, que la lecture peut générer une trace qui elle même peut faire partie de cette mémoire partagée ? Est-ce que l’on peut dire que la mémoire est quelque chose de liquide (en mouvement), du flux, alors que l’archive est quelque chose de figé (le gel du mouvement dans un état donné)? Est-ce que ce rapport complémentaire et antagoniste entre la mémoire et l’archive change avec l’arrivée de nou- veaux outils, de nouvelles technologies (on pense bien sûr aux ordinateurs, à ce fameux nuage de données…)? Est-ce que les archives vont pouvoir changer d’état et simplement (re)devenir mémoire ?

Share

Mise en route de “Mémoire Vive”

Wednesday, April 18th, 2012

La semaine dernière j’étais au sud de la France, dans la ville de Bagnols-Sur-Cèze pour démarrer l’adaptation “Mémoire vive” basée sur les exemples de “Walking the Edit” et “Heritage Experience”. Il s’agit donc de la 4ième ville qui va fonctionner avec le dispositif Memoways, après Renens (2008-2009), Paris (2010-2011) et Genève (2010-ouvert).

Le projet a pu démarrer grâce à l’initiative de Cyril Delfosse (responsable du pôle projet à la mairie de la ville), qui a vu les adaptations parisiennes et genevoises sur le web. Il a très rapidement réalisé un dossier pour une demande de soutien (fin 2011), qui a été reçu favorablement avec un soutien financier consistant. Merci en passant à toute l’équipe de la mairie de Bagnols pour la confiance accordée à Memoways et à notre savoir faire pour ce genre de projet !

J’ai pu passer 3 jours de repérages et de rencontres afin de mettre en route le projet, qui va être présenté publiquement en été 2013. En attendant plus de détails, voici quelques photographies prises lors des ballades à travers la ville. Il s’agit pour le moment que de capter l’ambiance, de faire un premier contact visuel avec la “peau” de la ville, avant de s’y immerger de manière plus organique et vivante à travers les histoires et récits d’habitants.
Un clic sur l’image ouvre une carte interactive !

Une carte avec des extraits vidéos des premiers tests effectués avec le club des aînés:

Il est intéressant de noter que ces vidéos ont intégralement été tournées avec l’iPad 3 et l’application vidéo intégrée. La qualité de l’image est plutôt bonne, le son aussi (si  le mistral ne souffle pas trop fort dans le micro…). Pour la suite il faudra trouver une application de tournage qui puisse verrouiller la balance des blancs, l’exposition ainsi que la netteté; un monitoring du niveau audio avec coupe bas pourrait aussi être très utile. Afin d’optimiser encore plus la qualité, il faudrait que les accessoires existants pour l’iPad 2 soient adaptés au nouvel iPad (housse avec fixation trépied et micro + optique grand angle et téléobjectif + micro dédié).
Afin de pouvoir géolocaliser les vidéos, il suffit de glisser les vidéos sur une application dédiée (ici JetStudio) et grâce au GPS intégré, tout est déjà fait… Il faut quelque peu retoucher parfois (précision 10 mètres), mais dans l’ensemble c’est très “plug&play”. J’ai utilisé MPEG Streamclip pour découper les vidéos, c’est la seule application que j’ai trouvé pour le moment qui n’écrase pas les métadonnées GPS lors de la manipulation du fichier de base.

Le projet Mémoire Vive a reçu le soutien du Conseil Régional du Languedoc Roussillon et de l’Union européenne dans le cadre de l’appel à projet « Culture Numérique ».

Share

Conférence “Machines d’écriture” le 15 mars à la Gaîté Lyrique

Friday, March 2nd, 2012

Je vais intervenir avec une présentation du projet Walking the Edit dans le cadre de la “conférence de lancement du MCD #66 Machines d’écriture” le 15 mars à la Gaîté Lyrique à Paris.

Voici le résumé de mon intervention:

Dans les années 1920, « l’effet Koulechov » a contribué à définir une écriture cinématographique moderne, en la libérant des réflexes hérités des formes d’art pré-existantes (théâtre, peinture). Presque 100 ans plus tard,  la même question revient à l’ordre du jour, mais cette fois ci concernant le cinéma lui-même: comment est-ce que l’on peut réaliser et produire un projet qui utilise les nouveaux outils et possibilités de manière « native » ?
Le projet Walking the edit propose d’explorer la narration combinatoire sur le principe d’une interaction « organique » (la marche à pied) avec une base de données géolocalisée (la mémoire audiovisuelle d’un territoire). Cette présentation propose de poser les enjeux de la narration combinatoire (les liens entre les images – le montage – n’est pas décidé de manière unique et figée en amont de l’expérience), de la co–création (le spectateur a une place active et créative dans le processus de réception) ainsi que de la valorisation des contenus créés dans le cadre d’un projet (proposer un accès original aux contenus qui ne sont pas visibles dans un film « classique »).

Avec le soutien du Ministère de la Culture et de la Communication, la Région Île de France,Orange, e-artsup, et Digitalarti

Le compte rendu de la conférence est ICI.

Share

Captation vidéo lors de la conférence “Read-Write City”

Thursday, January 12th, 2012

La présentation de Walking the Edit lors de la conférence “Read-Write City” qui a eu lieu début octobre 2011 a été mise en ligne, ainsi qu’une superbe timeline qui retrace toutes les interventions de la journée.

Un merci spécial à Loïc Haÿ d’Artesi / île de France.

Share

Article dans le journal “La cité”

Wednesday, January 11th, 2012

Une nouvelle version de l’article / interview réalisé par Emmanuel Cuénod pour Cinébulletin a été publié par le journal bi-mensuel “La cité” en décembre dernier.

Voici les scans de cet article:

Share

Participation au Meetup du groupe Transmedia Paris

Tuesday, December 13th, 2011

Je suis à Paris ces jours, pour entre autre participer avec une présentation de Memoways (et par ricochet, de Walking the Edit) lors d’un meetup du groupe Transmedia parisien.

Chez FRENCH WEB -> FrenchWeb.fr :

ATTENTION changement d’horaire : 18h30 – 20h

55 rue de Bretagne 75003 Paris – 2ème étage Gauche

Puis on peut boire un verre au café juste en bas :

Le Sancerre 53 rue de Bretagne

Ordre du Jour: On a 1 an ! 😉

Nous aimerions lancer le nouveau style du MEETUP :

présenter ses projets, chercher des collaborateurs, réfléchir ensemble et networking transmédia en PHASE AVEC LES MEETUPS DES AUTRES VILLES (AUTRES PAYS).

Nous souhaitons pouvoir “live streamer” le meetup.

Toutes les suggestions sont les bienvenues et des co-organisateurs aussi !

Vous pouvez également proposer d’organiser un Meetup dans votre ville.

KH fera un point sur les évènements du trimestre passés (DIY days, StoryWorld Conf., Journées d’Etudes à Arles…)

Nous recevrons Ulrich Fischer @ulfisch avec MEMOWAYS http://memoways.com/

Share

Conférence internationale « Métropoles (im)mobiles »

Wednesday, September 21st, 2011

L’adaptation parisienne de Walking the Edit, Heritage Experience, est présentée dans le cadre d’une conférence du programme Smartcity. Nous y présenterons aussi les résultats du workshopUrban Playground” qui a eu lieu début septembre à Paris.

Voici les informations de cette conférence.

Dédale  et la Cité internationale universitaire de Paris ont le plaisir de vous inviter, dans le cadre du programme SmartCity, à la conférence internationale Métropoles (im)mobiles, qui aura lieu le 23 septembre 2011 de 14h à 18h à la Cité  internationale.

Sur la base de présentation de projets artistiques internationauxDenis Baupin, Maire adjoint de Paris chargé du développement durable, de l’environnement, et du Plan Climat, ainsi que d’autres intervenants, participeront à un grand débat sur les enjeux actuels de la mobilité urbaine.

Mobilité constante, accélération de la vitesse, intensification des flux de marchandises, de passagers, de l’information… depuis plusieurs années, l’hypermobilité s’est imposée comme la caractéristique majeure de nos sociétés.

Sous le regard décalé d’artistes internationaux, penseurs, élus et spécialistes sont invités à mettre en perspective les enjeux actuels de la mobilité urbaine. Altermobilité, participation citoyenne et nouvelles formes de représentation de la ville : l’accent est mis sur les usages émergents actuels, réponses aux défis complexes à relever en matière de mobilité.

Animée par Sylvain Allemand – journaliste et spécialiste des questions de mobilité et de développement durable, la conférence s’articule en trois axes.

·         Altermobilités | Présentation des projets Crimanimalz & Park(ing) Day

·         Mobilité numérique | Restitution du workshop Urban Play Ground : cartographie sensible et nouvelles formes de représentation du territoire

·         Vivre la mobilité | Présentation des projets des architecteurs néerlandais DUS.

Débats en présence de :

Denis Baupin (Maire adjoint de Paris chargé du développement durable, de l’environnement, et du Plan Climat), Vincent Puig (Directeur-adjoint de l’IRI – Institut de l’Innovation et de la Recherche du Centre Pompidou), Paul Lecroart, urbaniste à l’Institut d’Aménagement et d’Urbanisme d’Ile-de-France, Hedwig Heinsman, DUS architecture.

A l’issue de la conférence, un cocktail et une soirée pluridisciplinaire – expérimentations artistiques, performances et installations – auront lieu à la Fondation Deutsch de la Meurthe, Cité internationale (19h-1h).

Merci de confirmer votre présence par email : [email protected]
INFORMATIONS PRATIQUES :

Conférence internationale « Métropoles (im)mobiles »
Vendredi 23 septembre 2011 | 14h-18h

Cité internationale universitaire de Paris

Maison internationale | Salon Honnorat : 17 Bd Jourdan, Paris 14e
RERB, Tramway T3, arrêt Cité Universitaire
Soirée SmartCity

Fondation Deutsch de la Meurthe : 29 Bd Jourdan, Paris 14e – Entrée et sortiepar le 27 Bd Jourdan après 22h.

Le programme SmartCity explore depuis 2007 les nouvelles formes d’interventions artistiques dans l’espace urbain : micro urbanisme, installations audiovisuelles et performances dans l’espace public, jeux urbains, architectures éphémères ou interactives, art mobile, et autres formes d’appropriation artistique et critique de la ville.

SmartCity fait l’objet d’une expérimentation grandeur nature sur le territoire du Sud de Paris dans le cadre d’un partenariat avec la Cité internationale universitaire de Paris. Le projet étudie en quoi l’intervention artistique peut accompagner le développement territorial et devenir un levier d’innovation et de participation citoyenne dans les projets urbains.

Share