Archive for the ‘Point de la situation’ Category

Retours d’ascenseur

Tuesday, February 8th, 2011

Workshops Friday

© by Ivo Näpflin

Les quelques jours d’une présentation “à domicile” dans le cadre de la conférence Lift ont été très denses:
– nous avons pu assurer une présence durant les 3 jours grâce à la disponibilité de David et de Alexa; il a été en tout temps possible à des curieux d’emprunter notre iPhone avec l’application WE et de faire un tour dans le quartier;
– sur les personnes qui sont passées demander des informations sur le projet, environ la moitié a été “marcher” un film;
– il y a eu quelques discussions et réactions très intéressantes, avec à chaque fois une marque d’intérêt prononcée sur le potentiel du dispositif – peut-être que l’une ou l’autre de ces discussion pourra aboutir sur une adaptation ou application concrète…
– le workshop était presque plein – les deux heures à disposition ont juste suffi à présenter le projet et réfléchir ensemble sur les questions que soulève le projet. Le principal se fera sans doute par la suite, grâce aux contacts qui ont pu être fait à cette occasion.

Il y avait une ambiance très intense au CICG, et les quelques conférences que j’ai pu suivre (Etienne Mineur, Kevin Slavin ou Hasan Elahi) étaient d’un très haut niveau, très bien “produites” et posant des questions intéressantes (dont certaines sont bien en résonance avec notre projet WE).

Quelques constatations généralisantes par rapport à la réception du projet WE dans un tel cadre:
– les personnes qui arrivent à entrer le plus rapidement dans le projet et qui projettent aussi leurs propres adaptations ou applications sont majoritairement des personnes qui ont un profil ou cursus professionnel polyvalent: ils arrivent à lier la dimension émotionnelle avec la technique tout en voyant l’intérêt dans le processus de mémoire jouée à de multiples niveau sur un territoire donné. La curiosité n’est pas tout – il y a aussi le fait de considérer que dans toute expérience qui peut “prendre racine” il devrait y avoir un équilibrage et surtout complémentarité entre les divers muscles et organes sensitif dont nous sommes constitués;
– les personnes spécialisées ne voient souvent qu’un seul aspect et essayent de faire entrer le dispositif dans un “moule” déterminé et connu – et là évidemment le projet sonne absurde. C’est finalement assez répandu et se passe autant dans les domaines scientifiques, qu’artistiques ou économiques (ce n’est pas réservé à un type de métier ou d’activité). La grande question est de savoir comment ouvrir une porte pour susciter des réactions qui peuvent donner envie à “marcher”…
– il y a souvent eu les questions “à quoi ça sert?” et “qu’est-ce que ça peut rapporter” ? C’est un peu comme poser la question “à quoi sert un livre; un film ?”, donc une question qui est à priori sans réponse objective possible; concernant la question d’une viabilité économique, c’est encore très difficile de répondre avec des modèles précis et basés sur des chiffres. Sans doute qu’il n’y aura que des réponses spécifiques liées à chaque adaptation particulière – on verra avec le temps. Mais il y a aussi la question d’une rentabilité dans le moyen terme lié surtout à des usages très personnalisables, avec des retours financiers qui ne sont pas forcément directs. Et là, les acteurs économiques poids lourds cherchent eux aussi comment se placer dans ce flux de données et de modèles de plus en plus brassé qui commence à échapper à tout le monde…

Share

Le moteur de montage

Thursday, January 20th, 2011

Il s’agit bien de la pièce maîtresse de tout le dispositif, même si c’est la partie que l’on a pu le moins travailler jusqu’à présent (les autres chantiers étant indispensables pour pouvoir tester ce moteur, donc ils sont passés devant). Ce n’est que grâce à ce moteur que l’application pour iPhone peut sélectionner les “bons” médias et les faire suivre de la “bonne manière” dans un flux audio qui va pouvoir être écouté en temps réel lors de la ballade enregistrée.

Depuis le dernier post sur le sujet, nous avons élaboré une nouvelle manière de chercher à sélectionner ces “bons” médias, en faisant un système de score: chaque critère (proximité, thématique etc) a une échelle de scores selon l’importance que l’on a envie de lui attribuer (voir les détails plus bas – c’est en constante évolution).

ACTUELLEMENT le moteur fonctionne avec les critères suivants (mis à jour le 22 janvier 2011):
–  proximité (chercher les médias les plus proches -> le plus proche reçoit 100 points, le deuxième 99 etc); nous sommes passés d’un préfiltrage de la base de donnée basée sur la proximité de 50 médias à 100 médias;
continuité thématique (chercher les médias qui ont la même thématique que le média lu actuellement); nous sommes en train de faire des tests sur ce paramètre pour en même temps garantir une continuité narrative tout en évitant que le moteur sélectionne des médias trop loin du tracé…
la relation vitesse – durée n’est pas encore implémentée mais le sera tout prochainement – à suivre…

Comme préambule concernant la terminologie utilisée: média = plan = clip (ça peut varier entre 3 secondes et plusieurs minutes; mais cela veut surtout dire qu’il n’y a pas de montage à l’intérieur de ce média).

Il y a également les contraintes suivantes:
– un historique garde la trace des médias sélectionnés par les trajets d’un utilisateur donné: l’enjeu est d’éviter qu’une même personne “reçoive” plusieurs fois le même média en faisant des trajets similaires;
– de la même manière, il est interdit de répéter un média deux fois dans le même film;
– on ne peut pas couper dans un média (obligation de jouer le média sélectionné sur toute la durée); donc si l’on a un long clip de 1min30 et que l’on pique un sprint au début de ce plan, ce n’est qu’à la fin de ce long clip que l’on va avoir des médias plus courts (que le moteur de montage nous retourne la forme du film relative à la structure de notre parcours, en l’occurrence avec une vitesse rapide donc avec des plans très courts).

Concernant les développements futurs, il faut savoir les choses suivantes:
– actuellement le montage est en “monopiste”: on est en “cut” de média à média (avec la contrainte de devoir jouer des plans de A à Z). L’idéal est d’être en multipiste, donc de pouvoir faire des inserts sur des pistes 2 et 3 et ainsi placer des plans courts par dessus ce long interview (voir exemple ci dessus) au moment où la personne change de comportement. Aussi, le multipiste permet de faire un montage en séparant une piste IN (des voix par exemple) des pistes EFFET (son spécial sur une courte durée) et AMBIANCE (son d’ambiance plus long, avec une ambiance à l’image également). Le résultat visuel sera défini en fonction de l’état des plans insérés (en mode audio seulement ou audio-visuel);
– il manque encore plein de critères pour affiner la sélection pour le montage:  continuité / discontinuité de la saison, du moment de la journée, tri par chronologie de date de tournage, d’origine (archive, tournages spécifiques), de sujet, de tags etc…
– il y a aussi la volonté de permettre à l’utilisateur de définir avant son parcours via un preset personnel ce qui l’intéresse de recevoir: film historique (donc préfiltrage de la base via les dates de tournages); film sur une certaine thématique (donc préfiltrage via une thématique choisie); film selon un type de média (par exemple seulement des interviews ou seulement des plans d’ambiance etc); films sur un sujet unique (seulement des bâtiments ou seulement des personnes etc); etc etc

Voici quelques détails des réglages actuels de notre calculateur de scores (écrit en lua):

Scores à attribuer pour chaque critère
Scénario: Appartenance au scénario choisi par l’utilisateur: 100 points
Distance (proximité): Distance la plus courte: 50 points (enlever un point pour chaque média qui suit, en garder donc 50)
Durée (relation durée/vitesse): Durée la plus proche par rapport à la vitesse instantanée: 50 points (cf table ci dessous). Si la durée n’est pas dans le bon range, 0 point
Qualité: Nombre d’étoile x 2 (par exemple 10 points pour un 5 étoile)
Movie use count: Nombre d’utilisation x 2 en déduction du décompte final
Thématique (continuité) Donner 50 points au médias qui ont la même thématique que le média lu actuellement
Table vitesses (relation vitesse à durée)
0 à 1 au delà de 30 secondes
1 à 2 20 à 30 sec
2 à 3 10 à 20 sec
au delà de 3 en dessous de 10 secondes
Share

Nouvelle application iPhone !

Thursday, January 20th, 2011

Après près de deux mois de chantier, nous sommes à deux doigts de pouvoir envoyer à Apple la toute nouvelle application WE totalement réécrite en natif. Pour mémoire, la première application pour iPhone était développée comme une “web’app”, donc en utilisant beaucoup de ressources réseau et avec des désavantages décrits dans ce post.

Marco Scheurer et son équipe de Sente ont travaillé en lien avec Nicolas Goy pour développer les aspects suivants:
– écrire l’application en mode natif, pour pouvoir maximiser les chances que l’application puisse être validée chez Apple et qu’elle puisse être plus réactive et maîtrisable;
– nous avons décidé de centraliser un maximum de processus dans le téléphone pour éviter d’être trop dépendants du réseau et de permettre une autonomie plus grande à l’utilisateur. Ainsi, le moteur de montage et la base de données sont installées puis synchronisées sur le téléphone, c’est juste le flux audio qui est envoyé depuis le serveur (dans le nuage chez Amazon) au téléphone;
– actuellement, pour des raisons de fiabilité de débit nous avons décidé de limiter la qualité audio à 48kbit/sec – c’est un compromis en attendant que Zencoder nous mette à disposition de l’adaptive streaming pour la mi février;
–  l’application est encore au stade beta, et la première version qui pourra être envoyée à Apple sera encore très basique et limitée autant dans les fonctionnalités que dans l’interface graphique. Nous n’avons pas encore pu implémenter la fameuse interface à bulles – là nous avons juste une playlist qui défile et qui permet d’avoir une idée plus précise des médias joués (durée, nom artistique, thématique);
– afin de donner une idée à l’utilisateur des contraintes techniques existantes (signal GPS et fiabilité du réseau 3G DATA), nous avons ajouté deux petites indications de couleur pour signaler si tout est ok (indicateurs au vert) ou s’il y a un problème avec le GPS ou le canal DATA (indicateurs en rouge);
– tout le système est actuellement prêt à pouvoir automatiser toute la chaîne depuis le déclenchement de l’enregistrement du parcours à la sauvegarde du film (avec un nom personnalisé) visible directement après sur le site internet.

Les limitations qu’il faut connaître:
– il faut désactiver la mise en veille du téléphone (mise en veille = jamais), sinon dès que l’appareil se met en veille ça coupe le son (et tous les processus); nous cherchons encore la manière de continuer les processus (écriture du tracé via le GPS, sélection des médias via le moteur de montage) et l’écoute du flux audio;
– après 3 à 5 minutes, il arrive souvent qu’au milieu de la lecture d’un média le son s’arrête, mais le compteur temporel du média continue: il faut simplement arrêter le film (clic sur stop), puis le sauver et recommencer un autre film;
– en dessous de 5 médias joués, il n’est pas possible de sauver le film (pour éviter d’avoir trop de films avec juste 2 à 3 médias)
– et comme décrit plus haut, la qualité audio est actuellement mauvaise du fait de la forte compression; cela va être amélioré dès la mi février avec la fonction de l’adaptive streaming;
– avant de marcher son premier film il faut créer son utilisateur sur une page spécifique (à venir).

Pour l’utilisation, veiller aux conditions suivantes:
– bien charger son téléphone avant de faire une ballade: l’application est très gourmande de batterie et va la vider très vite (à cause du GPS et des accès réseaux intensifs)
–  désactiver le WIFI (être sûr que l’on reste en 3G lors de la ballade, le fait de switcher du WIFI au 3G peut parfois entraîner des perturbations)
– utiliser le dispositif dehors: l’application marche seulement avec un bon signal GPS (le voyant position doit être vert, cela veut dire qu’il y a une précision d’au moins 100 mètres, ce qui n’est pas le cas si la position est calculée via les antennes de téléphonie) et il faut aussi avoir un bon signal DATA (le voyant vert audio doit aussi être vert, ce qui signifie que le flux audio est transporté via le réseau cellulaire).
– si l’application reste capricieuse (surtout avec les anciens modèles d’iPhone, le 3G par exemple), il faut désinstaller l’application du téléphone et la réinstaller.

Attention aux “pièges” suivants:
– selon l’état du réseau, il se peut que lorsque l’on clique sur Stop ou Sauver (le film) la commande prenne du temps à être prise en compte; il faut donc éviter de recliquer sur le bouton. Si l’on clique sur le bouton démarrer après avoir cliqué sur stop, on redémarre un film et le  film marché est irrémédiablement perdu!
– il faut au minimum 5 “médias” (plans joués) pour pouvoir sauver; il est conseillé de faire des enregistrements entre 2 minutes et 20 minutes. Au delà, risque de bug et sans doute aussi film trop long à regarder après…

Toute personne intéressée de tester l’application peut me contacter par mail dès le 24 janvier 2011.

Un grand merci à Marco et Nicolas pour leur travail de qualité et leur patience !

Share

3 bougies !

Thursday, January 6th, 2011

En ce début janvier 2011, un regard dans le rétroviseur: voilà que ça fait 3 ans que ce blog a été initié dans le cadre d’un projet de recherche (en Master Cinéma HES-SO). Il est vrai que le travail sur ce projet a réellement démarré milieu 2007, mais ce blog est né en janvier 2008.
36 mois de travail bien tassé, 129 billets (“posts”), des jours et des nuits passées entre réflexion, discussions, présentations, tournages, indexation, tests, des chantiers techniques qui en cachent d’autres, plusieurs prototypes plus ou moins fonctionnels et surtout, l’application publique toujours dans les nuages (en cours, en cours).
Le voeux que je pose en cette nouvelle année 2011 est de pouvoir enfin passer ce cap: aujourd’hui, le xx.xx.2011, n’importe qui peut télécharger l’application et marcher un film (sur un des territoires couverts par le dispositif). A partir de là, il reste encore beaucoup à faire, mais au moins, le dispositif existe et n’est plus seulement un concept théorique.

Marcher un film: c’est vrai que nous sommes à une échelle humaine et non motorisée, c’est normal que le chemin est plus long. Mais la possibilité de pouvoir retourner chaque pierre sur le chemin donnera sans doute à ce passage de cap un goût tout particulier…

Mise à jour de début 2011: un film de présentation fait par Mativi:

Share

Scénarios d’usage pour l’adaptation genevoise

Tuesday, December 7th, 2010

Nous avons commencé à travailler sur l’adaptation genevoise depuis début juillet 2010; à l’époque, nous avions envie d’explorer les pistes suivantes:
– tournages sur le territoire délimité avec une équipe de réalisation (séquences documentant la réalité des lieux, portraits, ambiances etc);
– mises en scènes fictionnelles basés sur des scénarios d’usages divers (pour éviter de rester collé trop proche à la réalité d’aujourd’hui);
– placement d’images d’archives liées au territoire (venant des sources diverses, histoire d’avoir une profondeur temporelle);
– utilisation d’images venant d’artistes invités dans le cadre de Image-Mouvement (permettre au public de marcher des films basés sur des images d’artistes en lien avec la plateforme I-M).

Pour plusieurs raisons, nous n’avons pu développer que les tournages documentaires (environ 2000 séquences placées sur le territoire à partir de plusieurs dizaines d’heures de rushes):
– il est difficile de trouver des partenaires pour les images d’archives (pas de réponses, peur de libérer les images sur le net, indifférence ou incompréhension du projet etc) – il y aura pour le début 2011 des images venant des archives de pompiers genevois qui ont aimablement mis à disposition une partie de leurs archives;
– quelques images d’archives de Jean Ehret liés à la Genève alternative sont placés sur Artamis et l’Usine (images datant de la période 2007 – 2009);
– il a été impossible de mettre dans le coup des artistes invités à la I-M (manque de temps, soucis de droits), peut-être que dans un deuxième temps il sera possible de développer cette piste là;
– nous avons pu essayer une seule piste de mise en scène (une souris humaine venant des catacombes genevois), mais pour que cela fonctionne réellement il faudrait plus;
– par contre, en parallèle du travail sur les quartiers de Plainpalais et de la Jonction nous avons ajouté un petit territoire supplémentaire: l’ilôt 13 (situé juste derrière la gare). Ulrich Fischer y a habité durant presque 15 ans et filmé entre 1991 et 2006 beaucoup d’images aux formats variés (Super-8, 16mm, betacam, Hi-8, DV etc). Quelques 200 plans sont maintenant posés sur ce bout de quartier et voici un film exemple.

En somme, il faut considérer que cette présentation permet avant tout de se faire une idée de la mécanique du projet (comprendre comment ça fonctionne) et de pouvoir projeter des nouvelles pistes et développements qui pourraient se faire dès 2011 si nous trouvons des moyens financiers complémentaires et / ou des partenaires avec qui il est possible de développer des scénarios spécifiques (archives, nouveaux tournages, images d’artistes etc).

Très concrètement, le scénario d’usage qui est utilisable au jour d’aujourd’hui est intitulé “Notre territoire”; le scénario “Les alternatives” lié à la Genève alternative est encore très incomplet mais permet de “creuser” un peu dans les vestiges culturels chamboulés depuis quelques années. Au début de chaque parcours enregistré le spectateur / visiteur pourrait en principe choisir son scénario d’usage et ainsi recevoir prioritairement un certain type de film; pour le moment, la plupart des films se feront sur base des images documentaires actuelles.

A suivre…

Share

État des lieux du dispositif technique

Saturday, December 4th, 2010

Quelques lignes pour décrire dans les grandes lignes le travail qui se fait “sous le capot” afin de rendre ce dispositif fonctionnel pour le public. Il faut savoir que jusqu’à ces jours, presque tout se faisait “à la main” et tournait sur un petit serveur basé dans la région de Lausanne – il n’était pas envisageable de garder cette structure pour permettre d’automatiser les processus et de permettre à un plus grand public d’utiliser le dispositif.

Depuis 2009 (la fin du projet de recherche), tout le dispositif technique a été complètement revu et réécrit; ça a pris entre novembre 2009 et milieu 2010. Il s’agit donc de la base de données (le catalogue des séquences audiovisuelles ainsi que les métadonnées), le CMS qui permet de faire ce travail d’indexation et de cataloguage, le moteur de montage, les passerelles entre tous les éléments techniques, l’application iPhone, le site web ainsi que son CMS… La plus grande partie de tous ces travaux a été l’oeuvre de Nicolas Goy, qui travaille sur le projet depuis deux ans et qui a une expérience et virtuosité technique phénoménale. Un grand merci donc à Nicolas pour tout son travail !

Ensuite, nous avons fait plusieurs ajustements, améliorations et mises à jours (toujours l’oeuvre de Nicolas principalement):
les médias (les séquences audio-visuelles qui forment le contenu de la base de données), stockées sous forme de fichiers mpeg2 au départ sur un serveur privé ont été transférés sur un stockage dans le nuage chez AmazonS3. Avantage: disponibilité immédiate, réactivité et surtout accessibilité totale;
le service d’encodage est maintenant lui aussi dans le nuage et nous permet de traiter les vidéos juste après l’upload (conversions à la source dans tous les formats vidéos actuels et compatibles avec le HTML5). Nous utilisons le service de Zencoder qui est rapide et de bonne qualité (nous avons encodé depuis début novembre plus de 14000 minutes de vidéo…);
– nous ne faisons plus de concaténation des films marchés (la génération d’un fichier vidéo à part entière à partir de la playlist calculée sur base de l’analyse du parcours); maintenant les vidéos marchées sont tout de suite lisibles à partir des sources disponibles dans tous les formats. En effet, nous avons réécrit le lecteur vidéo sur le site afin qu’il mette en bout à bout les diverses vidéos choisies par le moteur de montage;
l’application iPhone est en cours de réécriture complète grâce à l’équipe de Sente à Lausanne: en effet, l’application sous forme de web’app n’a pas donné satisfaction (trop dépendant de l’état du réseau 3G, pas assez réactive et précise, difficulté de maitriser le timing des médias joués, trous entre les fichiers…) et nous avons opté de la réécrire complètement en “natif”. Une nouvelle application générique (sans interface graphique et de graphisme ni de personnalisation) devrait être disponible pour test dès le 8 décembre 2010. Il y aura pour le moment seulement les fonctionnalités basiques (avec la possibilité d’avoir les détails des médias joués). Le grand changement lié à cette réécriture est le fait que le moteur de montage tourne en local sur le téléphone et que celui-ci envoie au serveur juste les requêtes des médias audio à jouer (qui seront ensuite “streamés” au téléphone).

Ces travaux sont en partie encore en cours donc pas tout est actuellement 100% fonctionnel, il restera encore pas mal de travail d’optimisation et de débugage à faire…

Ce qui ne marche pas encore (mais ce soir, 6 décembre grosse avancée):
– les films jouent d’une traite maintenant mais parfois saccadent (problème de bande passante ? compression pas assez forte ?) et semblent aussi prendre la synchro image-son
– il y a des améliorations sur la présentation des films (pages spécifiques pour chaque adaptation) mais il manque encore un mode recherche (autant par lieu, marcheur que de statistiques de parcours ou de métadonnées des images utilisées)

Ce qui fonctionne mieux:
– fluidité et réactivité des vidéos
– la qualité  technique des vidéos
– le fait de pouvoir marcher puis directement voir son film sans attente (cf ci dessus)

Share

Les premiers films parisiens !

Tuesday, September 7th, 2010

Finalement, après une réécriture complète du moteur de montage et le débogage de l’application iPhone quelques films test sont visibles sur le site:
http://www.walking-the-edit.net/fr/films/films-choisis/

Le moteur fonctionne que sur la logique de proximité: on entend / voit les médias les plus proches de notre position actuelle. Il n’y donc pas encore de corrélation entre vitesse et durée ainsi que de continuité thématique ni de choix de scénario d’usage. Les films donnent donc encore un sentiment d’aléatoire – c’est “normal” et va (doit) être corrigé d’ici la présentation publique lors de la journée du patrimoine.
Nous allons encore ajouter un filtrage par scénario d’utilisation (film historique; film sur le quotidien actuel; film “tour du monde en 80 pas”) ainsi qu’un choix de qualité (les médias les mieux notés seront choisis prioritairement).

Il faut ajouter que pour garantir la meilleure expérience sur le terrain, il faut avoir un iPhone récent (3Gs ou 4G), un bon débit data ainsi qu’une bonne réception GPS. Il y a encore quelques petits bugs liés à des restrictions du SDK de Apple, mais dans les grande lignes le dispositif technique fonctionne bien; le plus gros chantier étant la programmation du moteur de montage…

Quelques images de l’interface de l’application HE pour iPhone (ça marche de manière très fluide et organique, magique…):

Share

Démarrage de l’adaptation de WE à Genève

Friday, July 23rd, 2010

Une prise de vue réalisée par Alexa Andrey (c’est fou comme il y a des chantiers à Genève)

Après avoir reçu une partie des subventions sollicitées (auprès de la Ville et de l’Etat de Genève), après avoir pu trouver un partenaire pour une présentation publique (le festival “Image-Mouvement 2010″), il est maintenant possible de démarrer les tournages et la mise en route de l’adaptation genevoise.

L’équipe actuelle qui travaille sur le dispositif:
– Alexa Andrey (prise de vues)
– Julien de Weck (prise de vues)

Les personnes sollicitées et qui vont prochainement commencer à travailler:
– Pauline Julier (prise de vues)
– Rudy Décelière (prise de son)
– Xavier Lavorel (prise de son)
– Masaki Hatsui (prise de son)

Sont également en piste pour une collaboration qui reste à définir:
– Sandra Roth (qui a déjà participé à l’adaptation parisienne avec ses images japonaises)
– Hadrien Gessler (tournage et recherche d’images existantes, suivi workflow technique)
– Jean Ehret (mise à disposition d’images existantes, tournages ?)

Afin de pouvoir compléter l’équipe, je cherche encore des personnes pour les postes suivants:
– graphisme (adapter le graphisme pour l’adaptation genevoise, réfléchir à une signalétique spécifique, un layout d’application iPhone WE à Genève). 2-3 jours de travail, un mandat court.
– indexation / catalogage (s’occuper du workflow des images entrantes et indexation sur le CMS). Du travail en 30 à 40% sur 5 à 6 mois, une partie du travail dans les locaux de C-SIDE et une autre peut se faire de manière décentralisée (accès internet nécessaire).
– un duo image / son complémentaire aux duo’s déjà présents
– assistanat de production et de réalisation (aide logistique, conceptuelle, artistique et technique…). Cette personne va aussi chercher des images d’archives et des rushes de réalisateurs ayant tourné sur le territoire

Une base de financement existe pour payer une partie de ces postes mais des soutiens complémentaires sont nécessaires afin de pouvoir travailler dans de bonnes conditions.

Le calendrier:
– juillet – novembre: tournages sur la zone délimitée;
– août – décembre: indexation
– mi septembre: premiers tests avec possibilité de marcher son film
– dès septembre jusqu’à décembre: ajout d’images d’archives et de rushes mis à disposition
– octobre – novembre: mise en place des scénarios d’usages et des réglages du moteur de montage
– novembre: finalisation de l’application iPhone pour Genève
– décembre: lancement site internet et présentation du dispositif au public

Share

Etat des lieux des chantiers techniques

Friday, July 23rd, 2010

Une prise de vue réalisée par Alexa Andrey

Dans la perspective des présentations à Paris (mi septembre 2010) et à Genève (décembre 2010), nous devons acheminer les chantiers suivants dans un état qui soit fonctionnel:

Le CMS. Il s’agit du gestionnaire collaboratif qui permet principalement d’indexer les vidéos de la base de données et de faire des réglages du moteur de montage. C’est la pièce maitresse de tout le dispositif, la plaque tournante autour de laquelle s’articule l’application pour iPhone, notre travail de catalogage, les films qui sont présentés sur le site, la gestion des utilisateurs etc… Une des difficultés est de gérer de manière séparée les diverses adaptations tout en centralisant un certain nombre de données (les utilisateurs, les listes de tags, la génération de films etc). Après une refonte globale du CMS, une nouvelle version va voir le jour fin juillet.

– L’application iPhone. Elle existe déjà en version bêta, mais il faut encore résoudre des bugs visible sur certain téléphones de la génération 3G (les appareils d’il y a 2 ans). En gros, cette application “de base” permettra de démarrer l’enregistrement d’un parcours et donc la génération en temps réel d’un film en pouvant choisir son moteur de montage. En marchant, on entend le son du film en temps réel et on a la liste de vidéos jouées. A la fin du parcours on pourra nommer le film, que l’on verra ensuite apparaître dans la page de son compte. Le but est de pouvoir aboutir à une version 1.0 qui sera envoyée pour validation à Apple à la mi août afin de pouvoir permettre son téléchargement public et gratuit depuis iTunes mi septembre.

Les autres chantiers techniques (moteur de montage, amélioration des fonctionnalités du site et perfectionnement du workflow de production) sont repoussés pour pouvoir terminer ces chantiers là dans les temps.

Share

Financement, ombres et lumières

Saturday, July 10th, 2010

Une image réalisée par Ulrich Fischer à la Cité Universitaire

Le financement du projet “Walking the Edit” est complexe et long à mettre en œuvre et à concrétiser pour les raisons suivantes:

– il y a d’un côté le dispositif générique (la base technique qui inclus le moteur de montage, le CMS et l’application iPhone test; ce dispositif générique est issu de la phase de recherche à Renens et cette ville sert donc de plateforme d’évaluation et de tests) et de l’autre les diverses adaptations spécifiques (pour le moment, Paris et Genève). Il y a donc plusieurs budgets avec des chantiers spécifiques mais un certain nombre de vases communicants (surtout au niveau technique pour les adaptations du moteur, CMS et application iPhone);
le projet n’est pas limité dans le temps: au contraire, plus on peut améliorer le dispositif en ajoutant des nouvelles images, en précisant le fonctionnement du moteur de montage), plus il sera intéressant. Cela pose un problème par rapport aux modèles de financements culturels classiques qui reposent sur le financement d’un objet (film, perfo, installation etc) qui a une durée de vie définie (2 ans au max pour un film, 1 semaine pour une perfo, 2 mois pour une installation etc). Il faudrait idéalement un modèle de financement qui définisse au préalable une période de 3 ans (au minimum) pour laquelle une somme définie dans le cadre d’un contrat spécifique sera versée par tranches annuelles afin de garantir cette évolution;
le projet étant à cheval sur plusieurs disciplines, il peut recevoir une subvention justement parce qu’il est transdisciplinaire et novateur, mais il peut aussi susciter une certaine méfiance de la part de certaines disciplines qui jouent la chasse gardée (le cinéma est un domaine très traditionaliste et conservateur sur la question);
le dossier de présentation du dispositif étant assez long et touffu, il n’est pas forcément le meilleur ambassadeur du projet. La complémentarité entre le dossier, le site web et une présentation personnalisée est souvent nécessaire pour permettre à une commission, une institution ou des partenaires à se faire la meilleure idée du potentiel du dispositif. Malheureusement cette présentation personnalisée n’est pas toujours possible – il est amusant de voir à ce propos que c’est dans le cadre de commissions qui gèrent des centaines de demandes que cela s’avère possible et même souhaité (le fonctionnement du CNC et du Ministère de la Culture français est à ce propos assez exemplaire);
il existe très peu de fonds de soutien pour les projets “nouveaux médias” en Suisse, et les organismes fédéraux qui soutiennent de manière large la création artistique n’ont pas de politique claire (les nouveaux médias riment en gros surtout avec “jeux vidéo” + “effets spéciaux”) ni de valeur incitative (en terme de financement et de mode de partenariat). J’en veux pour preuve l’exemple catastrophique de la gestion des projets par la commission de Sitemapping de l’Office Fédéral de la Culture: après deux tentatives soldées par des refus, il a été impossible d’avoir des retours argumentés des raisons du refus de la part de la commission. Les motifs du refus qui ont été envoyés par lettre officielle montrent que le dossier n’a pas été étudié correctement et que la commission a émis des arguments qui sont tout simplement aberrants (“dommage, le projet a déjà commencé” alors qu’il n’est pas interdit de travailler avant le dépôt du dossier). Et quand on voit que la plupart des projets soutenus ne sont pas menés à bien et / ou semblent octroyés sur le mode du copinage (quelques personnes sont devenues de bons clients de la commission), on peut se poser de réelles questions sur la validité de cette commission.

Néanmoins, malgré toutes ces embûches et difficultés, je tiens à saluer et remercier les institutions suivantes qui soutiennent actuellement le projet.

Pour le dispositif générique:
Pourcent Culturel Migros, soutien nouveaux médias
Création et production pluridisciplinaire, Ville de Genève

Pour l’adaptation parisienne:
Le Ministère de la culture et de la communication (DICRéAM)
Le MRT, services numériques culturels innovants du Ministère de la Culture et de la Communication

Cette adaptation se fait en partenariat et étroite collaboration avec l’association Dédale et du service de la valorisation du patrimoine de la Cité Universitaire de Paris.

Pour l’adaptation genevoise:
Le Département de l’Instruction Publique du Canton de Genève (subvention cinéma)
Le Département de la Culture de la Ville de Genève (subvention complémentaire)
Et une aide supplémentaire que je ne peux pas encore révéler officiellement à l’heure actuelle

Cette adaptation se fait en collaboration avec le festival “Image-Mouvement 2010” qui va se tenir en décembre 2010 au BAC et diverses autres salles genevoises.

Ces divers soutiens aident à pouvoir concrétiser le dispositif à travers deux adaptations qui verront le jour durant la deuxième moitié de 2010 – les moyens actuels permettront de proposer une première base mais pas d’aller plus loin dans le travail nécessaire en vue d’améliorer autant le contenu (les images) que la forme (la précision du moteur de montage, les fonctionnalités de l’application iPhone et du site internet).
Il faudra rapidement trouver d’autres formes de soutien et de financement pour pouvoir continuer à développer ce dispositif et pouvoir travailler dans des conditions sereines.

Share